LES ACTUALITES SUR L'UNION ISLAMO-TURC

Au cours de récentes interviews avec plusieurs journaux et stations de télévision, Adnan Oktar souligna l’importance vitale pour la paix mondiale et la sécurité d’établir une union islamo-turque. L’importance du sujet est également rappelée dans des annonces publiées dans des journaux basés sur les travaux d’Harun Yahya.

L’un des aspects sur lesquels Adnan Oktar appuie concerne les avantages commerciaux et économiques de la fondation d’une Union islamo-turque. C’est pourquoi M. Oktar insiste particulièrement, dans ses annonces de presse, sur l’utilité des investissements communs des pays islamo-turcs, de la revitalisation du commerce entre ces pays et des investissements dans les technologies et les infrastructures.

L’accélération et le renforcement récents des mesures prises dans ce sens témoignent de l’impact des ouvrages et des activités d'Adnan Oktar. De majeures organisations non-gouvernementales turques font des déclarations sur l’importance de la coopération dans le monde islamo-turc. Aussi diverses initiatives sont-elles prises dans cette direction. Nous citerons quelques passages de la déclaration faite par Rifat Hisarciklioglu, président de l’Union des Chambres et des Echanges de Commodités de Turquie (TOBB) au cours d’une réunion de l’Organisation de la Conférence Islamique tenue les 5 et 6 juillet 2008 :

•    Avec leurs structures et capacités économiques différentes, les pays musulmans, qui représentent 28% de la surface de la terre, disposent de ressources et de  potentiels très riches, en particulier en termes de main d’œuvre ;

•    Ces ressources humaines et matérielles considérables contribuant à une mesure équivalente de succès économique constituent un idéal commun ;

•    La production et la productivité de haute qualité, basées sur les hautes technologies doivent être relevées au niveau souhaité.



Sabah, 6 Juillet 2008

“Les économies des nations musulmanes contiennent des différences de structures et de fonctionnements. Les économies de certaines dépendent des ressources minérales, comme par exemple chez les pays de l’OPEP, tandis que d’autres dépendent de l’agriculture. Ces différences se reflètent également, dans une certaine mesure, dans la structure sociale, et notamment dans les proportions variables de populations rurales ou urbaines. Le développement de relations complémentaires et l’aide mutuelle dans les domaines d’expertise respectifs peuvent faire de ces différences une source de richesses. Tout cela sera possible avec l’Union Musulmane.”


“La coopération économique est nécessaire sur deux points : la stabilité et le développement. Les nations musulmanes doivent apporter stabilité et solidité à leurs économies. Le développement d’industries grâce à des investissements nécessaires est aussi vital que la nécessité d’un plan de développement complet concernant l’éducation, l’économie, la culture, la science et la technologie. Les avancées technologiques dans certains secteurs requièrent la hausse des standards et des niveaux d’éducations de la main d’œuvre. La société doit être motivée afin de devenir plus productive… ”


“Les joint-ventures et les projets de partenariats seront une étape importante dans ce sens, car ils permettront aux pays de bénéficier des expériences des autres, tandis que les revenus issus des projets d’investissements profiteront à tous les pays participants.”


“Les joint-ventures qui prennent en compte l’unification des opportunités et des moyens dans le monde musulman permettront aux Musulmans de produire des produits de haute-technologie. Le marché commun musulman rendra possible la mise sur le marché d’autres pays musulmans de produits fabriqués par les Musulmans, sans la barrière des droits de douanes, des quotas et autres obstacles trans-frontaliers. Le marché prendra de l’ampleur, ainsi que les parts de marché et les exportations de toutes les nations musulmanes. L’industrialisation s’accélèrera et le développement économique apportera le progrès avec la technologie. Une fois cette situation atteinte, les nations musulmanes opèreront comme un consortium contre d’autres groupes d’investissements et représenteront donc une part importante de l’économie globale.”


Les annonces de presse basées sur les travaux d'Adnan Oktar soulignèrent l’importance de la coopération dans le monde islamo-turc ainsi :


L’union islamo-turque revitalisera le commerce et renforcera l’économie. L’union entre les pays musulmans dans les domaines économiques, politiques et culturels permettra aux moins développés de faire de rapides progrès tandis que les pays qui disposent déjà de moyens et d’infrastructures les utiliseront au mieux. La croissance économique et les investissements dans la science et la technologie augmenteront. Le développement économique amènera avec lui une hausse naturelle des niveaux d’éducation, la société progressera alors sur plusieurs fronts.

L’union islamo-turque régénèrera le monde musulman. Grâce au futur marché commun musulman, les produits fabriqués dans un pays pourront être mis sur le marché dans un autre pays sans les obstacles des droits de douanes, des quotas ni d’autres barrières trans-frontalières. Cette zone commerciale s’élargira, les parts de marché de tous les pays musulmans augmenteront, ainsi que les exportations. Ces facteurs contribueront ensuite à l’accélération du processus d’industrialisation des pays musulmans, et la régénération économique conduira au développement économique.


Une union islamo-turque forte économiquement constituera une source majeure de bien-être pour le monde occidental et les autres sociétés. Ils seront alors face à une puissance avec laquelle coopérer sans craintes et entretenir des relations économiques. En outre, les fonds que les institutions et organisations occidentales versent pour la régénération économique de la région ne seront plus utiles. Au lieu de cela, ces fonds peuvent servir au renforcement de l’économie globale.




L'AFRIQUE MARCHE AUSSI VERS L'UNION ISLAMO-TURQUE


L’Empire ottoman qui couvrit à son apogée une surface de 24 millions de km2 était véritablement un empire global garantissant la paix et la sécurité jusqu’au Maroc, en Tunisie et en Algérie. En effet, la sécurité et le bien-être apportés par le règne ottoman suscitent amour et aspiration aujourd’hui encore. Les états africains, pas seulement ceux d’Afrique du Nord, tournent leurs yeux vers la fondation d’une alliance sous la tutelle de la Turquie et se sont donc en cela impliqués dans un processus historique.

Il ne fait pas de doutes que la mobilisation culturelle d’Adnan Oktar visant à l’établissement d’une Union Islamo-Turque a joué un rôle décisif dans ce processus. Pour la première fois de l’histoire de la république, la Turquie poursuit une politique active et influente, gratifiée d’un vaste appui. Le livre d’Adnan Oktar Un Appel à  l’ Union Musulmane publié en 2003, ses articles sur la question parus dans la presse, les sites consacrés à l’Union Islamo-Turque et inspirés de ses travaux et en particulier ses déclarations au cours d’interviews ont eu un impact significatif sur l’opinion publique. L’appel à l’unité et à l’amitié d’Adnan Oktar dans les anciens territoires ottomans et les autres régions impliquées est cerné d’amour et d’enthousiasme au point qu’il se propage par vagues à travers le monde. Suite aux récentes initiatives envers l’Alliance du Caucase, visant à établir une union dans le Caucase, une réunion de l’Union Africaine fut organisée à Istanbul, se soldant par la création d’une alliance africaine sous l’égide de la Turquie. Il est à noter que ces développements historiques ont le soutien des pays extérieurs au monde islamo-turc, tels que la Russie et les Etats-Unis et que les états non-musulmans de la région (la Géorgie ou l’Arménie) sont enthousiasmés à la perspective de prendre leur place au sein de cette alliance. Cela confirme bien que les états concernés ont pris conscience des bénéfices potentiels que l’établissement de l’Union Islamo-Turque tant prônée par Adnan Oktar pouvait apporter à la Russie, la Chine, l’Amérique et Israël, voire au monde entier.




Sabah, 18 août 2008
“La Turquie prend l’initiative en Afrique”





Sabah, 19 août 2008
“La Turquie prend l’initiative en Afrique”


Yeni Safak, 18 août 2008
“La Turquie reçoit l’Afrique”

“Nous sommes les successeurs des Ottomans et nous aimons l’Afrique.” Ces mots prononcés par le premier ministre turc Tayyip Erdogan au cours du Sommet de l’Union Africaine à Istanbul rappellent que les Ottomans avaient contribué à la paix et à la sécurité de la région. Le premier ministre poursuivit ainsi : “Nous regardons l’Afrique différemment en tant que successeurs de l’Empire ottoman”, mettant ainsi l’accent sur la qualité de leadership de la Turquie et sa grande responsabilité historique. Dans ses écrits et dans plusieurs de ses interviews récents, Adnan Oktar a également mis en valeur l’héritage ottoman de la Turquie ainsi que son expérience. Voici une autre déclaration de M. Oktar sur ce sujet :



Vatan, 20 août 2008
“Nous sommes les successeurs de l’Empire ottoman, et nous aimons l’Afrique.”

Türkiye, 19 juin 2008
“Les médias européens qualifie la Turquie d’architecte de la paix pour ses
initiatives de médiation dans le Moyen-Orient.”


Milli Gazete, 19 juin 2008
“La médiation turque est importante.


Radikal, 21 novembre 2007
“L’ascension de la Turquie au Moyen-Orient.”


Sabah, 22 mai 2008
“La Turquie a enfin réussi.”


Tercüman, 28 mai 2008
“Pourparlers de paix dans la presse internationale.”


Vakit, 23 mai 2008
“La Turquie est l’unique leader de l’Afrique, du Moyen-Orient et de l’Asie.”


Tercüman, 22 mai 2008
“Le plus grand rôle dans la reconstruction de l’Irak revient à la Turquie.”

Tercüman,  18 juin 2008
“Un marché commun musulman est en voie de s’établir”




Star, 6 juillet 2008
“Un appel à un système d’échanges commerciaux préférentiels pour les pays musulmans”


Bugün,  18 juin 2008

“Les droits de douanes entre les pays musulmans
vont être réduits”


Sabah, 2 mai 2008
“La Turquie : la nouvelle locomotive du Moyen-Orient”



Taraf, 2 juin 2008
“La Turquie mène une nouvelle vision islamique”



Milliyet, 4 juin 2008
“Commentaire du Financial Times : la Turquie comble le fossé au Moyen-Orient”


Harun Yahya appelle les Musulmans à l’unité et l’union - 28.04.2008
Koweït / Kuwait News Agency

Le 28 avril 2008, Kuwait News Agency, l’une des plus importantes agences de presse du Moyen Orient, dirigea une interview avec Harun Hahya sur le thème du 4ème Forum Economique du Monde Islamique. Dans le cadre de ce forum, on demanda à Adnan Oktar quelles étaient ses suggestions pour favoriser la régénérescence économique dans les pays musulmans. L’article de l’agence, en langue arabe, reprend le contenu de l’entretien:

Le célèbre penseur et écrivain turc souligne l’importance d’une conférence économique internationale prévue au Kuwait mardi. Dans un entretien avec Kuwait News Agency (KUNA), Adnan Oktar, qui écrit sous le nom de plume d’Harun Yahya, disait que le 4ème Forum Economique du Monde Islamique était un excellent moyen de défendre l’unité et le compromis au sein des musulmans.

Il ajouta que les forums de ce genre ne se limitent pas à servir le monde musulman, car ils offrent l’opportunité d’établir des relations avec d’autres confessions et doctrines. Oktar continua ainsi : “Maintenant il est temps que tous fassent preuve de maturité afin de vivre dans un cadre de paix et de sécurité.” Oktar invita tous les Musulmans à enterrer la hache de guerre et à mettre de côté toutes les disputes et divisions dans le but d’ériger une Union Musulmane basée sur l’amour et la solidarité. “Tous les Musulmans ont le devoir de rassembler les pays musulmans vers un objectif commun et de leur rappeler les liens de fraternité qui les unissent. Et c’est ce que le Kuwait fait,”dit-il.

Le penseur turc exprima l’espoir que ce forum économique puisse rassembler les Musulmans sincères, avant de faire un commentaire sur les actes de violence et de terrorisme : “Il faut identifier la cause et trouver une solution commune aux problèmes de violence, de terreur, d’oppression, de pauvreté et de dégénérescence.” Oktar affirma que la construction d’une telle Union Musulmane constituerait une étape majeure dans la défaite de telles idéologies et dans l’instauration de la paix sur terre.

Oktar encourage les Musulmans à établir des zones de libre échange international entre eux, de créer des accords commerciaux régionaux et de réduire les droits de douanes comme mesure concrète initiale et pratique afin de se développer sur le plan économique et social.

 

 

 

 

 

ACCUEIL